Interview de Junior Mutumene sur la Ligue Ndembo réalisée par Léopartsfoot.com

Une initiative patriotique à soutenir, et à partager.

En créant la Ligue Ndembo en 2019, Junior Mutumene Sawala voulait matérialiser une obsession : permettre aux jeunes Congolais d’exploiter leur talent. Ce championnat junior, réservé aux moins de 13 ans (garçons comme filles), offre une formation de base aux jeunes kinois qui rêvent de devenir professionnels. Les meilleurs d’entre eux auront alors l’opportunité de participer à des tournois internationaux, et éventuellement se faire repérer. Pour développer son projet, Junior s’appuie sur le modèle de développement des jeunes “grassroots” à l’américaine, avec comme valeurs principales l’éducation, la qualité et l’excellence. La Ligue bénéficie du soutien de personnalités importantes du football Congolais, et a connu un franc succès pour sa première édition. Si elle démarre à Kinshasa, l’objectif de la Ligue Ndembo est de s’exporter à travers le pays, puis sur le continent.

Contacté par leopardsfoot, Junior Mutumene Sawala nous explique en détail le fonctionnement et l’objectif de ce championnat, ainsi que ses modalités d’inscription.

Bonjour Junior. Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Junior Mutumene Sawala, fondateur de la Ligue Ndembo.

Bonjour Louis. Je tiens premièrement à remercier toute l’équipe de leopardsfoot pour avoir pensé à la Ligue Ndembo. Mon nom est Mutumene Sawala Junior, né le 30 Octobre 1981 à Kinshasa et résidant au Cap en Afrique du Sud. Je suis propriétaire de Ligue Ndembo, que je vais vous présenter. Je suis également manager de sport et coach de football. Mon éducation est marquée par une ligne de conduite Jésuite, avec un intérêt pour le sport en général et le football en particulier.

Après des études humanitaires au Collège Boboto, j’ai joué au football. J’ai débuté à l’ Olympique Club de Kinshasa (OCK), puis j’ai évolué au Santos FC à Cape Town et Maritzburg United en Afrique du Sud. Enfin, après une longue convalescence, j’ai repris mes études en Management du Sport au Cape Peninsula University of Technology. Pendant ce temps, j’ai rempli différents rôles comme Supply chain liaison officer et Key account analyst au sein de la société pétrolière Shell où j’ai travaillé pendant 10 ans.

Juste avant de quitter Shell, je me suis lancé à fond dans le foot. Ainsi, j’ai obtenu ma licence D CAF / SAFA en Football Coaching, assumant le rôle de Directeur Technique au sein de la Grove Soccer Academy, une académie américaine.

Ton parcours est intéressant… D’abord, on tient à te féliciter pour ton beau projet. Pour ceux qui ne le connaissent pas, quel est l’objectif de la Ligue Ndembo ?

Merci beaucoup Louis ! Tout d’abord, je dois rappeler que la Ligue Ndembo est aujourd’hui une société, LIGUE NDEMBO Sarlu dont je suis le propriétaire.

C’est un championnat de développement des jeunes. L’objectif est de promouvoir le football aux enfants (filles comme garçons) à travers l’éducation, tout en leur facilitant l’accès aux équipements nécessaires. Il prend la forme d’un championnat annuel avec 3 catégories ( -7, -10, et -13ans ). C’est un projet national et continental avec comme point de départ la ville de Kinshasa.

A quel moment t’es venue l’idée, et comment l’as-tu mise en œuvre ?

Déjà, quand j’ai réalisé que je ne pouvais plus devenir footballeur pro. Je me suis donc servi de mon expérience vécue ici, en Afrique du Sud, et ailleurs.

Par la suite, j’ai commencé à remettre en question toutes les étapes de mon évolution en RDC, et je me suis rendu compte des gros problèmes de base qu’on a ici. Très souvent, certains faits se présentent comme l’unique réalité quand on n’a pas encore été exposé à autre chose… Au Congo, les réalités auxquelles sont confrontés ces enfants, qui sont bourrés de talent, est difficile à accepter pour moi. J’ai donc voulu agir. Mais je dis bravo à tous les encadreurs (coaches) des académies, écoles de foot etc qui sont dévoués à cette tâche. J’ai beaucoup de respect pour eux.

En ayant aussi parcouru l’histoire du football en RDC, j’ai constaté le besoin d’investir dès le niveau de base. Ce système s’illustrait après 1975, et les performances de l’équipe nationale et de nos clubs dans les compétions nationales, continentales et internationales se faisait sentir. Vous remarquerez qu’avant 1975, la RDC comptait généralement une base des joueurs en club et en équipe nationale qui étaient les fruits d’un système éducatif efficace. A noter que ce système a aussi bénéficié du travail honorifique du père Raphaël de la Kethulle.

Par conséquent, je me suis mis à écrire et structurer mes projets. Il y a 5 ans, j’ai adopté un budget car je devais absolument investir en moi-même. Il est aussi important de préciser que le projet Ligue Ndembo est en cours, et ce n’est pas facile… mais j’aime ce challenge ! Pour le mettre en place, il me fallait une stratégie que j’ai développé en plusieurs dimensions car il m’ est important de comprendre certaines réalités du pays.

Et comment as-tu procédé pour promouvoir ton projet ?

J’ai adopté un schéma indirect, que je vais vous présenter.

Une première activité à Kinshasa : Le Fecofa Community – Projet.

Je l’ai conçu afin d’améliorer les activités sociales entre les Léopards et la population. J’avais soumis ce projet au président Omari qui m’avait délivré un mandat à cet effet. Une consideration que j’apprécierai toujours ! Les Léopards étaient alors présents au Collège Boboto pour une session de signature d’autographes avec les élèves.

Une deuxième activité à Kalebuka (Katanga) : La Soccer Clinic

En collaboration avec ma soeur Noella Coursaris, une semaine de soccer clinic a été organisée avec une participation des filles de MALAIKA, et environ 250 enfants de la communauté.

Une troisième activité à Kinshasa : Préparation du lancement de la Ligue Ndembo

Matinée de démonstration au Stade des Martyrs avec la présence très appréciée de Shabani Nonda, Patrick Apataki et tous ceux qui ont été présents (journalistes, parents, amis, frères, soeurs, etc… )

Avec Kinshasa  comme point de départ, il m’a fallu étudier la cartographie de la ville afin d’assurer un travail efficace et pérenne. La capitale étant divisée en quatre districts, mon idée est d’organiser quatre championnats de développement dans chacun de ces districts, à savoir Lukunga, Funa, Mont-Amba et Tshangu. Lukunga étant le district du lancement.

D’ici six ans nous pourrons donc assister à un tournoi inter-régional, afin de dénicher les meilleurs joueurs. Non seulement des différents districts, mais aussi de la ville. Déjà dans les 3 catégories citées plus haut, tout en prenant en compte les moindres détails dès à présent, car ils pourront nous servir de comparaison plus tard. Les statistiques sont partie intégrante de mon travail.

Et sur quelle aire de jeu comptez-vous développer cette Ligue ?

Personnellement, je suis un fan du gazon naturel et hybride, surtout pour une longue compétition. Mais il est très difficile de trouver trouver une aire de bonne qualité avec gazon naturel à Kinshasa. Le synthétique est composé de granulats de caoutchouc, et lorsque l’on connaît la chaleur extrême de Kinshasa… c’est horrible de jouer dessus ! Donc le synthétique pour jouer à des heures bien précises, OUI. Mais pour un championnat entier, NON.

Et la discipline, dans tout ça ?

Il y a beaucoup à améliorer au niveau de l’encadrement et gestion des matchs. Ci- dessous les statistiques de la première édition sur la discipline, et le respect des heures de match. Si nous ne mettons pas l’accent dessus dès le plus jeune âge, il sera très difficile de s’attendre à de bons résultats plus tard.

Qui sont les enfants concernés, et quelles sont les modalités d’inscription ?

Tous les enfants sont concernés, dans le respect de l’age des trois catégories ( -7, -10 et -13ans, filles comme garçons) et des conditions ci-après

Concernés pour inscriptions : Enfants émanant de toutes institutions éducatives et sportives (écoles, académies de football, clubs, centres de formation, etc…)

A noter que le championnat se déroule durant l’année scolaire, et les matchs se jouent les weekends. Les heures sont à confirmer selon la disponibilité de l’aire de jeu.

Il me faudra :

  • Une preuve de la scolarisation de l’enfant ( ex. Attestation de fréquentation).
  • Un document d’identité
  • Une autorisation parentale
  • Une attestation d’aptitude physique
  • 60% minimum de résultat final à l’école (il y a eu flexibilité durant la première édition. A partir de la deuxième édition, la condition sera totalement prise en compte. A plus long terme, le résultat sera de 75% minimum )
  • Des frais symboliques (montant à confirmer) à la deuxième édition. Il y a quelques jours, nous avons sécurisé un partenariat avec un équipementier international, qui habillera toutes les équipes inscrites à la Ligue Ndembo. L’annonce officielle sera faite très bientôt, probablement après le confinement.

Quels seront les avantages pour les enfants inscrits ?

  • –  Une carte d’accès pour joueur et encadreur (coach)
  • –  Accès à un cadre de développement avec suivi
  • –  Participation des enfants à un programme de devoir civique et activités sociales.
  • –  Plateforme internationale de détection (Joueur et coach )
  • –  Accès à un équipementier de qualité à un prix symbolique
  • –  Premiers soins médicaux sur le terrain assurés.

Et quel est le format de la Ligue ?

C’est un format de championnat classique, avec des matchs en aller – retour avec accumulation des points. L’équipe ayant accumulé le plus de points est couronnée championne. Sinon, concernant les dimensions du terrain et le temps de jeu :

  • Pour les -7ans et -10ans

Dimensions : 40m /20m Durée : 3 x 10min Format : 5v5

  •  Pour les -13ans

Dimensions : 50m / 35m Durée : 2x 25min Format : 7v7

Comme vous pouvez le constater, je recherche un développement progressif, en créant une base efficace avant d’entamer le 11 contre 11 en catégorie -16ans, que nous envisageons à plus long terme. Je veux implémenter une véritable identité congolaise dans ce football, en développant nos points positifs et améliorant les négatifs. Le championnat se déroule du mois d’octobre au mois d’avril (6 mois ). Ci-dessous le classement des moins de 7ans, 10ans et 13ans de l’edition dernière.

Par la suite, comment repérer et isoler les meilleurs d’entre eux/elles ?

Un travail a déjà été amorcé dans ce sens, il y a eu au total 10 enfants  (-7 et -10ans) que nous avons repéré durant la première édition. Il nous reste à contacter les parents et les institutions respectives afin d’assurer un suivi. Cette démarche sera faite dès la fin du confinement.

Et comment comptez-vous leur faire passer un cap vers le monde professionnel ?

Mon approche se présente comme suit :

  • Le point le plus important de ma philosophie, c’est l’éducation dans sa globalité. Car éducation n’est pas nécessairement synonyme d’école. En revanche, je me base sur les résultats scolaires en particulier pour définir mes critères de sélection. Si par exemple un enfant souhaite, plus tard,  jouer pro aux Etats-Unis, il lui faudra 75% minimum en poussant pour 80% pour décrocher un scolarship qui lui permettra d’être accepté. Cette culture se prépare maintenant, et non demain.
  • J’ai la chance d’être exposé au système grassroots américain (développement des jeunes) que j’aime tout particulièrement. Je l’adapte petit à petit à la réalité Congolaise. La culture de la qualité et de l’excellence devrait nous hanter jour et nuit. Par exemple, si une université américaine est en mesure de posséder des infrastructures de football qui coûtent 10 à 30 millions de dollars, c’est clair qu’un athlète étudient doit absolument se nourrir d’excellence
  • Enfin, assurer le suivi des meilleurs. L’idée est de commencer à regrouper les meilleurs.es dès la fin de la     deuxième édition , en assurant des entrainements que je dirigerai moi-même. D’ici deux ans, les meilleurs éléments de la Ligue débuteront avec les compétitions internationales à partir de la catégorie -10 ans. J’ai de belles relations dans ce sens, ici en Afrique du Sud, aux Etats-Unis et ailleurs. Les meilleurs éléments auront donc l’opportunité de participer à des tournois et stages internationaux, et continuer de grandir sur cette lancée. Les voir en profiter est un autre rêve que je verrai se réaliser !

Qu’avez-vous appris lors de la première édition ?

Au cours la première édition nous avons découvert plusieurs choses :

  • En moyenne, un enfant de 7 à 10 ans est en mesure de couvrir  une distance de 120 mètres en 10 minutes de jeu. En d’autres termes, trois fois la longueur du terrain. A savoir que la durée de leur match est 30 minutes (en 3 X 10 minutes). Ainsi, les 120 mètres multipliés par 3 donnent 360 mètres, pour la distance couverte en moyenne durant un match. Sachant qu’il y a douze matchs dans une saison, la distance couverte en moyenne durant le championnat sera donc de 360 mètres x 12 = 4320 mètres !

En opérant comme ça, imaginez le bagage physique et mental que cet enfant pourrait avoir à 16 ans. C’est magnifique !

  • Un autre exemple : 95% d’enfants étaient droitiers, 4% gaucher et seulement 1% ambidextre. Ceci est une indication à prendre en compte afin de multiplier et renforcer des exercices mettant à profit le pied concerné.

As-tu bénéficié du soutien de joueurs, de personnalités, ou d’institutions dans votre projet ?

Shabani Nonda était présent au lancement du projet.

Oui. A ce sujet je tiens à remercier l’ambassade de France en RDC, qui a été la première institution à financer le projet. Mais également la Rawbank avec le compte Smiley, notre sponsor. Banafrika pour la digitalisation des données sportives. Notre partenaire Open Clinic pour la couverture médicale, le Shark Club (partenaire) pour l’aire de jeu.

Au niveau des joueurs, Shabani Nonda a été présent lors de la matinée de démo. Il a même arbitré un match. Je parle régulièrement avec Hérita Ilunga au sujet du championnat, tout comme Christopher Oualembo, qui apprécie particulièrement la démarche. J’ai échangé plus d’une fois avec Yannick Bolasie et Abel Tamata. Le coach Florent Ibenge, mais également le coach Bulayima qui a entraîné les gamins de l’académie ici au Cap. Le coach Bruno Bla, ainsi que Serge Mumbu, le DG de Target Sarl. Et tant d’autres, que je ne peux tous citer malheureusement… Tous ont été présents d’une manière où d’une autre au développement du projet. Il y a également des entreprises prêtes à nous joindre pour le bien de l’éducation et du football de base de notre pays.

La ville de Kinshasa représente un vivier important. Mais le Congo est grand, et plein de jeunes talents ! Avez-vous l’intention, a plus long terme, d’exporter le concept dans le reste du pays ?

Oui effectivement ! Comme je l’ai dit plus haut, le projet est national puis continental. Le plus important c’est de travailler dans le sérieux et la discipline la plus stricte en ayant les yeux braqués sur les objectifs fixés en cultivant les valeurs de qualité et d’excellence malgré les conditions difficiles en RDC.

Merci Junior ! Avez-vous un message à transmettre aux Congolais qui viennent de connaître votre projet, grâce à cette interview ?

La base et la fondation sont des élément important dans le développement d’un athlète. Chacun de nous, amoureux de football, devrait participer positivement à sa manière, en étant sérieux dans le travail. To bosser la famille ! Merci encore à vous !

Pour les intéressés :

Page Facebook : Ligue Ndembo

Site web : www.liguendembo.com

Source Léopardsfoot.com

Leave a Reply